Présentation générale de l'oignon

  a) L'oignon, une plante.



L’oignon est une plante herbacée bisannuelle (qui fleurit deux fois dans l'année) de la famille des Amaryllidaceae (anciennement Liliaceae) largement et depuis longtemps cultivée comme plante potagère pour ses bulbes de saveur et d'odeur fortes et/ou pour ses feuilles. Le terme désigne aussi le bulbe de cette plante récolté comme légume, c'est ce bulbe que nous étudierons dans ce tpe. L'oignon potager est utilisé dans de très nombreuses recettes de cuisine et existe en de nombreuses variétés. C'est à la fois un légume et un condiment, qui possède de multiples propriétés médicinales (des études scientifiques indiquent que la consommation de légumes de la famille des alliacées (oignon, ail, échalote, ciboulette, oignon vert, poireau) pourrait avoir un effet protecteur contre les cancers de l’estomac et de l’intestin).Le bulbe de l'oignon se compose de bases épaissies de feuilles s'enveloppant les unes dans les autres. De façon générale on parle d'oignon pour tous les bulbes de liliacées, comme les tulipes.





b) Le bulbe de l'oignon.

Le bulbe de l'oignon se compose de bases épaissies de feuilles s'enveloppant les unes dans les autres. De façon générale on parle d'oignon pour tous les bulbes de liliacées, comme les tulipes.

Le bulbe est relativement gros, de forme sphérique, parfois plus ou moins aplati. Le bulbe de l'oignon est un organe de réserves nutritives que la plante puise afin de fleurir. Il est formé par la base des feuilles qui, superposées, ont épaissi. Les dernières feuilles forment l'enveloppe la plus mince de l'oignon : la tunique.

 

c) Composition de l'oignon.

 

L'oignon est composé de 88% d'eau, 10% de sucre, des vitamines A, B et C, des sels minéraux, du fer, de 33 composés sulfureux et 17 acides aminés. Son apport énergétique provient des glucides, du glucose et du saccharose. Au total, les glucides représentent 7% de la masse totale de l'oignon.

d) L'oignon, un bulbe plein de vertus.

 

c1) Principes actifs et propriétés médicales.

 

Il existe une foule de variétés d'oignons, chacune possède, en plus de leur valeur alimentaire, de précieuses vertus médicinales.

 

Ce bulbe possède des qualités indéniables :

  • de diurétique (substance qui permet de faire augmenter la quantité de liquide excrétée par le corps) énergique.

    L'action diurétique de l'oignon porte surtout sur l'élimination du chlorure de sodium : il est donc tout indiqué dans toutes les rétentions hydro-sodées (œdèmes, ascites, cirrhoses, pleurésies, péricardites). On lui attribue également des vertus dans le traitement du prostatisme : il améliore notablement l'état des malades ou, tout au moins, permet de les préparer favorablement à une éventuelle intervention chirurgicale.

     

  • d'antiseptique (substance chimique que l'on applique sur la peau pour interrompre ou prévenir le développement de bactéries ou d'autres micro-organismes).

    L'oignon est doué d'une action anti-infectieuse indéniable (l'extrait d'oignon est utilisé dans les stomatites et les affections bucco-pharyngées). Vis-à-vis du staphylocoque responsable des furoncles et anthrax il se comporte même comme un véritable antibiotique. Cette action, jointe à celle, adoucissante et émolliente (qui a la propriété de ramollir les tissus), que lui procure la cuisson, le rend précieux comme pectoral (se dit des médicaments servant au traitement des bronches et des poumons) dans les toux rebelles et les catarrhes bronchiques.

     

  • de résolutif (substance qui provoque la fonte des engorgements (accumulation de sang, de lymphe, de sérosités (liquide) à l'intérieur d'un organe)).





L'oignon est riche en matières actives (substances minérales ou organiques d'origine naturelle), dont nous noterons les principales :

  • une essence irritante et antiseptique, constituée par du sulfure d'allyle (c'est elle qui provoque les larmes).

  • de nombreux sels organiques auxquels on peut attribuer une action diurétique prononcée.

  • des sucres et des mucilages exerçant un effet laxatif.

  • des diastases (ferments) détruites par la cuisson, comme d'ailleurs la plus grande partie de son essence volatile.



c2) Une cure d'oignon ?



De nombreux auteurs s'accordent à recommander la cure d'oignon en cas de rétention des urines (rétention chlorurée en particulier), d'oedème, d'ascite et enfin, de calculs rénaux et biliaires.

Il a été reconnu que, grâce au principe actif qu'il contient, la glucokinine, l'oignon était doué de propriétés hypoglycémiantes, ainsi que l'ont prouvé les travaux de J. B. Collip, confirmés par Janot et Taurin.

Possédant un pouvoir antiscorbutique démontré, l'oignon est aussi un stimulant de l'appétit et de la digestion.

Carminatif bien connu, il lutte contre la constipation et les flatulences, tout en désinfectant l'intestin.

Cru, il doit toutefois être déconseillé à ceux qui souffrent d'hyperacidité, car il augmente l'acidité du suc gastrique.



Dernièrement, une étude originale de cardiologues britanniques a montré qu'un régime riche en oignons frits ou bouillis, en augmentant la fluidité du sang, diminuait les risques de thrombose et d'infarctus, même si, par ailleurs, la nourriture est très riche : en somme, un régime « aux petits oignons »!

Enfin, l'oignon est doué de propriétés aphrodisiaques connues depuis longtemps : les Arabes l'utilisent en macération pour cet usage. Un auteur américain, A. Hull Walton, a consacré ces derniers temps un travail à ce sujet.

A l'extérieur, pour le traitement des furoncles, des engelures, des plaies purulentes, des douleurs articulaires, arthritiques et rhumatismales, râper un oignon et l'appliquer en cataplasmes. Ce remède de bonne femme a été contrôlé et préconisé par de nombreux cliniciens et scientifiques. On utilise aussi l'oignon râpé cru comme sinapisme (cataplasme, généralement à la farine de moutarde) à défaut de moutarde.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site